Bolivie : Premiers pas sur les traces des Incas

Retour sur l’Altiplano de Bolivie ! Un plateau immense à près de 4000m d’altitude que nous prenons plaisir à traverser. Nous nous demandons bien quand nous allons redescendre.

Mais avant ça, nous ne vous avions pas parlé de Tunupa et d’Alcaya, que nous avons découvert juste avant de partir en Colombie, alors petit retour en arrière.

Suite aux conseils de Willy, nous décidons de nous rendre à Salinas de Garci-Mendoza, village au pied du Volcan Tunupa au nord du Salar d’Uyuni. Pour cela, nous traversons une seconde fois le Salar, sans guide cette fois. Avec des pistes qui partent dans tous les sens et quand on ne voit pas le bout de ce désert de sel, nous hésitons un peu sur la direction à prendre… l’avantage, c’est que le volcan se voit de loin !

Une fois au pied du Volcan, nous découvrons des petits villages sympas entourés de champs de quinoa aux superbes couleurs. Salinas de Garci-Mendoza nous séduit également car ses habitants y sont très accueillants (contrairement aux villes touristiques). Nous faisons la connaissance de Pépita, une française en passage ici, avec qui on accroche bien. Ensemble, nous partons découvrir les ruines pré-incas d’Alcaya. Longtemps considéré comme une terre sacrée, ce site a été récemment et partiellement ouvert au public. Un villageois nous guide à travers les ruines et nous explique les croyances locales. Et pour commencer dans le respect des traditions, nous demandons aux ancêtres chacun notre tour l’autorisation de pénétrer sur le site en leur offrant quelques feuilles de coca.

Selon les croyances, ce peuple vivait sous la lune, à une époque où le soleil n’existait pas encore. Pas très scientifique tout ça, notre guide nous l’accorde ! 😉 Quoiqu’il en soit, le site est impressionnant par son organisation : les petites maisons sont construites de façon à se protéger des attaques de Puma (prédateurs surement redoutables avant qu’il ne soit en voie de disparition) mais surtout les zones funéraires laissent apercevoir les squelettes extrêmement bien préservés.

Sur les conseils de Pépita, nous tentons le lendemain l’ascension du volcan par le coté Nord. Le sentier n’est sur aucune carte et nous ne pouvons pas dire que les indications des locaux soient dès plus précises, alors forcément nous mettons une bonne heure avant de trouver le début du chemin… L’ascension est rude, nous atteignons presque les 5000m le souffle court !! Mais comme tout effort, ça en vaut la peine : nous sommes seuls à randonner avec une vue incroyable sur la vallée et le Salar. Et en bonus, nous tombons sans le savoir sur un autre site pré-incas à flanc du volcan.

Il est alors temps de prendre la route pour La Paz, où notre vol pour la Colombie nous attend.

On nous dit souvent : La Paz, on aime ou on n’aime pas ! …. et bien nous, on Aime !! Déjà parce que venant de l’Altiplano, nous nous prenons un sacré claque visuelle en y arrivant. Sans prévenir la ville se dévoile en contrebas, entourée par des sommets enneigés ! La Paz est animée et nous nous en rendons bien compte en arrivant en voiture après multiples détours à cause d’un marché ou d’un défilé… nous comprenons vite qu’il faudra laisser la voiture au garage.

Quand nous revenons à La Paz depuis la Colombie, il neige de gros flocons ! Le changement climatique est un peu rude, alors on file à Copacabana ! Bon, ce n’est pas la plage brésilienne mais une petite ville du même nom au bord du lac Titicaca. Vu que le soleil est de retour, ça nous va ! 🙂

Nous sommes contents de retrouver le confort de Completo, ce sentiment de liberté en allant où bon nous semble ! Nous en profitons pour découvrir les petits villages isolés autour du lac et faire des promenades à travers champs. Sur la crète au bout de la péninsule, nous voyons pour la première fois l’Isla del Sol et l’isla de la Luna.

Nous ne manquons pas de visiter l’Isla del Sol, qui serait la genèse de la civilisation Inca. En effet, selon la mythologie Inca,  le dieu Soleil Inti envoya son fils Manco Capac et sa fille Mama Occlo pour civiliser les peuples sur terre. Ils seraient ainsi sortis des eaux du lac Titicaca, et depuis l’isla del Sol, se serait rendu à Cuzco pour y fonder la capitale de l’Empire Inca.

Aujourd’hui, vivent en harmonie 3 communautés : celle du Sud (Yumani), celle du milieu (Challa) et celle du nord (Challapampa) … enfin ça c’était avant !!! Depuis quelques mois, un conflit entre Challa et Challapampa existe, suite auquel les habitants de Challa bloque l’accès vers le nord aux touristes. Ca arrange bien le Sud qui bénéficie à 100% de la mane touristiques… mais c’est bien dommage, car la partie Nord est la plus jolie, la plus sauvage et la plus historique (avec la roche Sacrée d’où parti justement Manco Capac pour civiliser le monde). Alors nous ne nous arrêtons pas en si bon chemin et passons « avec un peu d’appréhension tout de même » à travers champs et forêts pour nous rendre dans la zone interdite ! Une fois à Challapampa, nous recevons un accueil chaleureux d’enfants avec un « Bienvenidos los touristos ! » .

4 reflexions sur “Bolivie : Premiers pas sur les traces des Incas

  1. Thierry

    Bonjour a Vous Deux,

    Vos récits suscitent toujours autant l’envie par ici 😉

    Je voulais vous demander votre avis sur un pre-requis aux voyages dans ces pays d’Amérique du Sud et en particulier Bolivie et concernant une connaissance et pratique minimale de l’Espagnol ?

    Je rêve des paysages Andins et n’ai pas besoin de parler dans la contemplation mais j’imagine qu’il est difficile de se débrouiller uniquement en langage des signes ?

    Je sais dire ‘Hola como estas’ mais passé cela c’est la page blanche 😉

    Que la route soit belle.

    Thierry

    1. Antoine&Aurore Auteur de l'article

      Salut Thierry, C’est sûr qu’on apprécie de parler espagnol pour communiquer avec les gens dans les petits villages. Après même si tout le monde ne parle pas anglais, français ou belge ;), nous avons quand même rencontré des guides francophones sympas. On a d’ailleurs pris des contacts si ça t’intéresse 🙂 Et puis, entre nous, quand on se perd vraiment, on nous parle en Quechua … et la, on ne comprend plus rien ! Le langage des signes, il n’y a que ça de vrai!!

      1. Thierry

        Bonjour,

        Bon voila c’est un peu grace a vous peut-etre que je me décide a remettre le sac sur le dos. J’en avais un peu assez de me contenter de voyages imaginaires 😉
        Destination le Kirghizistan dans 1 mois. Pas longtemps ni très loin en comparaison de vos aventures mais l’essentiel est dans l’action et la réalisation 😉

        Bonne route a vous,
        Thierry

        1. Antoine&Aurore Auteur de l'article

          Super! Le Kirghizistan, cela promet d’être dépaysant! Si j’ai bien compris tu seras donc en vacances lors de mon retour au boulot. Je compterai sur toi pour me changer d’air avec le récit de ton voyage à ton retour. (antoine)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *