Bolivie : Sur la route du Dakar !

Depuis le nord de l’Argentine, nous traversons la frontière Bolivienne. Nous avons la ferme intention d’aller dans le Sud de Lipez, région assez désertique. Nous passons quelques jours à nous organiser : achat d’une pelle et planches de bois en cas d’ensablement, nourritures pour 4 jours sans oublier la coca pour supporter l’altitude, le plein d’essence et 120L en bidon. Nous trouvons un guide, Willy, qui accepte de nous aider. Il embarque quelques bidons d’essence sur le toit de sa voiture et prend un 4×4 ayant les mêmes pneus que nous en cas de crevaison… nous sommes entre de bonnes mains pour partir à l’aventure sur la route du Dakar !

Le premier jour annonce la couleur …

Nous partons au petit matin : 290 km de piste nous attendent; Willy nous prévient d’avance, nous les parcourons en 10 à 12h… ça promet d’être intense! Nous prenons rapidement de la hauteur et atteignons dès les premières heures plus de 4000m d’altitude. Nous découvrons des petits canyons et les premières montagnes au loin…

Willy roule vite et nous avons parfois du mal à le suivre. Notre bas de caisse est bien moins surélevé que le sien et devons faire plus attention pour ne pas toucher. Peu avant midi, après avoir franchi avec succès un passage dans le sable, nous entendons un bruit suspect : notre première crevaison !!

Willy fait demi-tour pour nous aider, il enfile sa combinaison de mécano et en 15 minute nous change la roue… ouf, nous voila sortis d’affaire !

Dans l’après-midi, nous traversons déserts et rivières tout en continuant de prendre de l’altitude jusqu’à atteindre les 4.700m… et on en ressent les effets : « Maux de tête pour les garçons, ils semblent être bien moins résistants ^^ ». Nous sommes bien contents d’arriver à l’auberge pour nous reposer !

Deuxième jour : à la découverte des lagunes ! 

La journée est bien moins intense, la piste est bien meilleure et nous pouvons rouler à une vitesse de croisière correcte. Pour bien commencer, nous nous arrêtons dans des termes de source d’eau chaude… Quand il fait 3° à l’extérieur, un bain à 37° fait le plus grand bien ! Nous nous arrêtons ensuite à plusieurs reprises auprès de diverses lagunes peuplées de flamants roses et entourées de volcans aux couleurs somptueuses. Nous prenons le temps d’admirer le paysage. Nous atteignons les 5.000 m d’altitude, où se trouvent des geysers impressionnants avant de redescendre dans une petite auberge proche de la « laguna colorada », nommée ainsi du fait de sa couleur rose bien particulière.

Troisième jour : Entre lagunes, désert, Salar et canyon

Cette fois, nous longeons la cordillère des Andes, toujours en traversant des déserts et des Canyons. Après avoir vus d’innombrables Lamas, nous faisons la découverte des viscaches, rongeurs bien gourmands vivant dans ces formations rocheuses.

Willy nous prévient que la route est technique, ça va secouer !!! Comme d’hab, il nous sème rapidement. Quant à nous, nous faisons de notre mieux pour éviter toutes les pierres pointues et ne pas crever une seconde fois. Mais à trop vouloir les éviter, nous nous déportons un peu trop sur le coté ensablé de la piste… Ca ne pardonne pas ! Nous nous embourbons !!! Au moins, nous n’avons pas acheté la pelle pour rien 😀

Quatrième Jour : Le fameux Salar d’Uyuni … une étendue blanche à perte de vue ! 

5:30 nous partons pour assister au lever de soleil sur le Salar d’Uyuni. Willy nous emmène de nuit proche d’une petite étendue d’eau encore présente sur le Salar afin que nous puissions admirer de belles reflections. Il fait très froid, nous sommes frigorifiés mais ça en vaut tellement la peine. Le Salar d’Uyuni est le plus grand désert de sel au monde, avec une superficie de plus 10.500km2.

Rouler sur cette étendue blanche, après avoir connu les pistes chaotiques de Lipez est un pur bonheur, 100km/h avec une impression de glisser !

Nous rejoignons une petite île en plein milieu du Salar, l’ile Incahuasi, connue pour ses cactus millénaires. Forcément, avant de rentrer, nous n’oublions pas de réaliser quelques photos trompe l’oeil. 🙂

6 reflexions sur “Bolivie : Sur la route du Dakar !

  1. Thierry

    Bonjour les Grands Voyageurs,

    Je ne sais plus quel superlatif utiliser 😉

    Extra-terrestre a regarder de ma petite fenêtre ou par le trou de la serrure…j’aimerais avoir les clés pour ouvrir la porte et profiter de la meme liberté 🙂

    Je m’inspire d’Alphonse de LAMARTINE

    « Le lac

    Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
    Suspendez votre cours :
    Laissez-nous savourer les rapides délices
    Des plus beaux de nos jours !

    Aimons donc, aimons donc ! de l’heure fugitive,
    Hâtons-nous, jouissons !
    L’homme n’a point de port, le temps n’a point de rive ;
    Il coule, et nous passons !  »

    Il ne devrait plus y avoir d’hesitation a suivre vos traces.

    Thierry

  2. Pepita

    Super votre récit m’a rappelé de bons souvenirs et vos photos sont superbes!
    Merci de prendre le temps de partager tout ça!
    Hasta luego!

    1. Antoine&Aurore Auteur de l'article

      Merci Pépita ! On espère qu’on aura le plaisir d’échanger sur nos aventures respectives autour d’une bonne bière en France 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *