Chine : Le canard laqué de Pekin!

En se baladant dans les petites rues bondées de Pékin, nous sommes tombés sur un petit restaurant qui a attiré notre attention. La spécialité de ce dernier étant : Le canard laqué aux feux de bois . La longue file d’attente devant l’entrée (qui plus est, que des chinois) était de bons présages et nous pouvons dire que nous n’avons pas été déçus : c’était une tuerie!! 🙂

Nous nous sommes tellement régalés que nous étions obligés de faire notre premier article culinaire sur ce fameux canard rôti.

Si comme nous, vous aimez la viande et le sucré/salé, ce plat est fait pour vous! 🙂

Pour info la recette du canard laqué date de 1368 (dynastie Ming) et est connue comme ayant été le plat préféré de l’empereur !

Les étapes de la recette :

1 – Sucrer la peau du canard.

La première étape consiste à sucrer la peau du canard de haut en bas, en utilisant un pinceau de cuisine imbibé d’eau sucrée (eau chaude + sucre). Il est nécessaire de répéter l’opération 3-4 fois. Dans les recettes traditionnelles, on remplace parfois le sucre par du miel.

2 – Faire sécher le canard.

Le canard étant chaud après l’avoir badigeonné de sucre, il est nécessaire de le faire sécher sous ventilation afin que le sucre durcisse et s’insère correctement dans les pores de la peau. Il faut 24H environ pour que le canard soit prêt pour l’étape suivante (en été on peut descendre à 4/6H).

3 – Faire rôtir le canard

A Pékin, on peut voir dans de nombreuses rues des canard en train de rôtir sous des résistances. Ici, les canards sont rôtis aux feux de bois (avec du bois d’arbres fruitiers), ce qui donne un léger goût de fumé à la viande. Le canard est embroché par le cou et inséré dans un four à bois. Lorsque la couleur de la peau devient orange, le canard est retourné afin de le faire chauffer uniformément. Dès que l’on observe une couleur orangée sur l’ensemble du canard et que la peau est croustillante, le canard est prêt à être dégusté!

4 – La découpe du canard

La découpe est réalisée sous nos yeux. C’est toute une technique : le but est de servir des tranches de même taille avec une partie de peau croustillante sur chaque morceau. Nous avons pris un demi canard pour deux et avons donc également eu une demi tête de canard; même sort pour le cou dont la viande est excellente à mon goût.

5 – Déguster le canard avec ses accompagnements

Le canard est servi en tranches fines avec de petites crêpes (surement à la farine de blé), une assiette de légumes crus et des sauces ( nous avons reconnu : une sauce à l’ail, du sucre en poudre, de la sauce soja, des concombres et des oignons verts coupés en fines lamelles, et un genre de pâte de fruit). Pour le manger, on prend une crêpe que l’on attrape avec les baguettes (pas évident quand on n’est pas un pros de la baguette chinoise 🙂 ). On trempe 2 tranches de canard dans la sauce soja que l’on dispose sur un tiers de la crêpe. On ajoute les légumes et les sauces de son choix (pour ma part, j’ai adoré le mélange ail/concombre/sauce soja/canard).

Et enfin on replie la crêpe en trois pour pouvoir la manger sans tout renverser avec les baguettes. La serveuse nous a gentillement fait une petite démo pour nous expliquer avant de nous laisser profiter pleinement du repas.

Bref un délice! 🙂

Quelques images valent mieux qu’un long discours:

4 reflexions sur “Chine : Le canard laqué de Pekin!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *