XI’AN et la région SHAANXI : Pas si simple de sortir des sentiers battus !

Après 12h de train de nuit en « Hard Seat », nous ne pouvons pas dire que nous avons passé la meilleure nuit de notre périple. Notre voisine de train avait tendance à considérer notre siège comme un repose-pied … pas des plus agréables ! Mais nous sommes arrivés à bon port : Xi’an ! Cette ville d’environ 6 millions d’habitants, constitue une de nos étapes vers le Sud !

Vous connaissez peut être Xi’an pour sa fameuse armée en terre cuite ? Des milliers de statues soldats grandeur nature ensevelies dans le but de protéger le souverain dans l’au delà. On estime que 720 000 ouvriers ont travaillé 38 ans à leur réalisation! Ca mérite le détour !
Cet ouvrage est à plus d’une heure de trajet en bus, nous partons donc tôt le matin pour éviter la foule.
150 Yuans par personnes et nous avons en main notre sésame pour la 8ème merveille du monde parait-il !!!!

Tout aurait pu être simple mais c’est sans compter les contrôles constants de nos amis chinois. Il faut savoir que le billet d’entrée est contrôlé une première fois à l’entrée du parc et une seconde fois à l’entrée du musée qui se situe dans le parc. Le deuxième « check point » est à environ 500 m de l’entrée initiale et a deux buts :
> Faire payer le bus pour ceux qui ont la flemme de marcher (et il y en a beaucoup, croyez nous!)
> Tenter de refaire payer l’entrée à ceux qui paument leur billet entre les deux checks points …

Antoine : Evidement, moi, j’ai paumé mon billet ! Et vu que ça coute un bras, je préfère faire la sieste dans ce « magnifique » parc en plein cagnard !

Aurore : Je visite seule donc l’impressionnant musée. Le prix se justifie par l’ampleur de la tâche restant à accomplir ! Je regrette simplement qu’il n’y ait pas de panneau explicatif en anglais permettant d’en apprendre davantage sur ce site. Ca me laisse un peu sur ma faim…

Retour à Xi’an, où nous dinons avec Allan, un couchsurfeur qui ne peut malheureusement pas nous héberger mais nous donne de précieux conseils, comme se faire passer pour des étudiants à l’entrée des musées, rejoindre un groupe sur WeChat (appli similaire à WhatsApp) pour avoir des conseils randos ou aller faire le marché le dimanche matin dans l’un des quartiers de la ville !

Nous profitons quelques jours de la ville. Nous visitons le quartier musulman avec son souk et sa mosquée, nous déambulons dans le marché du dimanche conseillé par Allan et nous parcourons les remparts surplombant la ville.

Bien que nous soyons agréablement surpris par Xi’an, nous ne souhaitons pas nous y rester trop longtemps. Nous cherchons une bonne randonnée, pas trop touristique dans les montagnes aux alentours. Dès que nous sortons des sentiers battus, il devient difficile d’avoir des informations fiables, même en allant à l’office du tourisme. Heureusement, Camille, une chinoise vivant dans la région et contactée sur WeChat, nous conseille. Elle parle parfaitement anglais et nous propose de passer à Baoji (« petite ville » à proximité de Xi’an… de 450 000 hab tout de même) pour rejoindre ensuite le Mont Taibai (moins touristique et plus sauvage selon elle que le mont Hua Shan).
Direction Baoji en train dès 8:00 donc pour la rencontrer et pour récupérer la tente qu’elle nous prête gentillement, puis bus jusqu’au mont Taibai. Une fois de plus, nous nous sommes fait piéger par les distances ! Nous arrivons à 16:40 à Taibai Mountain mais il est déjà trop tard pour randonner sur la montagne. L’entrée au parc naturel est fermée, il faut donc revenir le lendemain. Nous qui comptions dormir dans la nature, c’est raté!

Nous sommes contraints de rester au pied de la montagne, dans une ville en pleine expansion. Nous comprenons vite que très prochainement, cette ville va perdre de son charme laissant place à de nombreux complexes hôteliers avec piscines et spas ! Les chantiers et terrains à bâtir sont nombreux ! N’ayant pas d’autres choix, nous en choisissons un d’ailleurs à l’abri des regards pour planter la tente (Histoire de ne pas avoir pris la tente pour rien !).
Le lendemain matin (5:30) nous nous réveillons en trombe … un camion est entré sur « notre » terrain squatté ! On nous a prévenu que la délation en Chine est chose courante, nous avons donc peur d’avoir rapidement des ennuis. Ni une, ni deux, nous décampons ! Au moins, nous sommes les premiers à l’entrée du parc …
Un bus nous conduit à 2800 m d’altitude. De là partent les sentiers de randonnée (un escalier en bois jusqu’à 3500m). Pas vraiment sauvage, l’endroit est déjà trop touristique même si nous ne sommes pour le moment pas trop embêtés par la foule !
Le point culminant se situe à 3700m. Camille nous a prévenu que les étrangers n’ont pas le droit d’y accéder. Quand se présente le point de passage, le gardien semble nous dire quelque chose comme « VOUS NE PASSEREZ PAAAS !!! »! Nous tentons « la feinte du tigre »: L’air de rien, nous attendons que le gardien s’éclipse et le moment venu, nous nous faufilons. Après tout, nous ne parlons pas la langue !
Après 3/4 d’heure d’ascension supplémentaires, nous atteignons la cime de la montagne. Des ouvriers continuent la construction du sentier avec des lattes de bois. (certainement la raison pour laquelle, les étrangers n’ont pas le droit de continuer … ) En attendant, la suite de la rando n’est autre qu’un chemin de terre pour notre plus grand bonheur … de très courte durée ! Il n’aura pas fallu plus d’une pause grignotage pour se faire démasqués. Quelqu’un ne nous aurait-il pas dénoncé ? Nous voyons débarquer un gardien au pas de course nous ordonnant de redescendre … celui-ci nous n’essayerons même pas de le berner !

Nous nous sommes donc trimballés une tente d’environ 3 ou 4 kilos pendant toutes l’ascension, pour au final rentrer à l’auberge le soir même ! Pas de lever de soleil cette fois ci, mais c’était un bonne entrainement pour les prochaines randos ! 🙂

4 reflexions sur “XI’AN et la région SHAANXI : Pas si simple de sortir des sentiers battus !

  1. Quentin

    Et bah, que de péripéties ! En tout cas les photos sont superbes !! L’armée en terre cuite est immense ! @Antoine: as-tu trouvé un latina chez les chinois?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *